L’équation de la relation

Tête - Savoir

Du plus loin que je me souvienne, la relation a eu une importance primordiale dans ma vie. Je suis une femme qui aime être en relation, et j’aime la relation profonde avec mes amis, avec ma famille, avec mes relations affectives et intimes, ainsi qu’avec moi. En fait, j’en ai besoin.

Pendant plusieurs années, c’est ce que j’ai recherché, à être en relation; je croyais alors savoir comment. Mais maintenant, je sais que non. Je partais de la motivation d’un besoin à combler plutôt que de la recherche du partage et de l’approfondissement.

Lorsque nous faisons la rencontre de quelqu’un qui nous plaît, nous éprouvons de l’attirance, nous voulons passer du temps avec cette personne et éventuellement, si les débuts s’avèrent agréables, si la personne satisfait nos critères, nous voulons former un couple, nous aimer et être en relation. Mais comment être en relation? (lire la suite)

Ah… l’amour…

Coeur - AimerVous êtes-vous déjà demandé ce que signifie être en amour? Ce que signifie aimer?

Selon Le Petit Larousse, l’amour est « un sentiment très intense, un attachement englobant la tendresse et l’attirance physique entre deux personnes. » Michelle Larivey dans La puissance des émotions ajoute : « L’amour n’est pas une émotion en soi mais une expérience complexe qui comprend plusieurs émotions. »

Pour compléter, voici la définition d’aimer selon Colette Portelance dans son livre Aimer sans perdre sa liberté : « Aimer vraiment c’est apprendre par l’expérience de la vie à conjuguer harmonieusement dans une relation amoureuse l’amour de soi et l’amour de l’autre dans un contexte où sont  inlassablement nourris et entretenus l’attachement, l’affection, la tendresse, l’engagement, la passion, le dévouement, l’authenticité et la complicité. » (lire la suite)

Je m’oublie, tu m’oublies, ils m’oublient

Tête - SavoirS’oublier en relation, ça veut dire quoi? Cela signifie que, la plupart du temps, lorsque nous devons prendre une décision qui implique notre conjoint (ou une relation intime), nous nous faisons passer en deuxième, l’autre est plus important que soi. Nous nous plions aux goûts des autres, à leurs besoins et à leurs désirs.  Nous avons ce comportement pour faire plaisir, par peur de perdre, peur du conflit, nous achetons bien souvent la paix.

Combien de fois dans une semaine répondez-vous, lorsque vient le temps de faire un choix (films, repas, activités, etc.) :
« - De quoi as-tu envie toi?
– Moi? Comme tu veux. »

Il est vrai que cela peut paraître anodin à première vue, mais à force de ne pas s’occuper de soi ainsi que de ses besoins et envies, nous écorchons notre amour de soi. En effet, c’est comme si nous nous disions que nous n’étions pas assez importants, que nous ne nous aimions pas assez pour faire valoir nos besoins.

(lire la suite)

Ce n’est pas toi, c’est moi…

AimerCombien de fois avons-nous entendu cette phrase lors d’une rupture, provenant autant de la bouche d’hommes ou de femmes. Cette phrase, si anodine qu’elle laisse paraître en premier lieu, est en fait venimeuse. Venimeuse parce qu’elle laisse place à l’interprétation, au vide de son sens, à des questionnements. Elle donne aussi la responsabilité à la personne qui la reçoit de deviner ce qu’elle veut dire. Cette phrase empoisonnée déresponsabilise la personne qui la dit. Elle donne une raison de ne pas regarder la vraie cause de la rupture. Elle donne l’occasion de ne pas regarder à l’intérieur de soi ce qui s’y passe. Aller voir en soi pourquoi la personne en face de nous, qui nous a séduite au départ, ne fait soudainement plus notre affaire. (lire la suite)

Hommes en construction

AimerNon… je ne parlerai pas ici à quel point j’aime les entrepreneurs en construction mais bien de l’homme qui recherche son identité masculine. Je suis allée à une conférence cette semaine qui s’intitulait : Hommes en démarche. C’était la première fois que cette conférence était ouverte aux femmes alors j’en ai profité pour y assister, histoire d’enrichir ma connaissance et d’approfondir ma réflexion sur le phénomène de la recherche de l’identité masculine au Québec.

Luc Lacroix, membre fondateur des Hommes de cœur « organisme sans but lucratif dont la mission est d’inviter les hommes à vivre une vie d’hommes conscients et engagés, en proposant des contextes d’apprentissage qui développent leur capacité d’agir et d’interagir de façon fière et responsable » nous a parlé de ce que c’était cet organisme. (lire la suite)